Qui sommes nous ?

QUI SOMMES-NOUS ?

Nous sommes une équipe d’habitant(e)s et citoyen(ne)s de la commune de tous horizons, concerné(e)s par l’avenir de leur ville et par la construction d’un bien-vivre-ensemble respectueux de l’autre et de l’environnement. nous ne sommes appuyés sur AUCUN parti politique

Avec les habitants, nous souhaitons CO-CONSTRUIRE un nouveau mode de gouvernance de la commune à la fois collégial et participatif.

Si l’idée d’une gestion participative vous séduit, si vous souhaitez vous impliquer dans notre projet, vous pouvez :

-rejoindre notre équipe de bénévoles et convaincre nos concitoyens,
-faire un don, même modeste pour nous soutenir,
-diffuser largement cette information sur vos pages FB.

Pour tout contact ou renseignement : gourdonautrement@gmail.com

Notre projet

Lionel Maury

Fraichement retraité de l’Education nationale, je suis né à Gourdon, j’y possède une résidence depuis plus de vingt ans dans laquelle nous venions régulièrement à toutes les vacances. Ma famille est gourdonnaise, mes parents reposent dans cette terre quercynoise et mon grand-père fut même adjoint au Maire à l’immédiate après-guerre. Depuis le mois d’octobre, nous avons fait le choix, mon épouse et moi-même, de nous installer ici.
J’ai eu plusieurs vies professionnelles dans ma carrière. J’ai été, durant 24 ans, directeur d’école élémentaire. Si j’ai souhaité occuper ces fonctions, c’était pour mettre en place une gestion d’équipe collégiale en mobilisant autour du projet éducatif de l’établissement tous les partenaires : enseignants bien sûr mais aussi parents d’élèves, animateurs du centre de loisirs et personnel communal de service. Être le « capitaine » de cette équipe composée de personnes issues de parcours, de sensibilités différentes et que rien ne prédestinait à travailler en synergie fut une expérience exaltante. Chacun a pu trouver sa place et oeuvrer pour un objectif commun avec son talent et ses spécificités. Et le résultat fut à la hauteur de notre ambition. J’ai appris lors de ces années la nécessité de prendre en compte les avis de chacun et l’importance de décentrer sa vision pour comprendre le point de vue des autres. J’y ai gagné le respect et la confiance de tous, ce qui reste pour moi la plus belle marque de la réussite.
Parrallèlement, j’ai occupé à partir de 1986, suite à la mise en place du plan « Informatique Pour Tous », les fonctions de formateur informatique. Ces « nouvelles » technologies, comme on le disait à l’époque, me passionnaient et j’ai très vite senti le potentiel considérable qu’elles présentaient pour le monde de l’éducation. Là encore, ce qui m’a plu a été le travail en équipe avec les autres formateurs qui nous a permis de gagner en efficacité et ainsi mieux satisfaire le public que nous avions en formation.
En 2005, la Fédération de la Ligue de l’Enseignement m’a sollicité pour monter un service d’engineerie éducative et pôle numérique. J’ai occupé ces fonctions durant quatre ans (parenthèse dans mes fonctions de direction). Quatre ans durant lesquels, le service proposait aux écoles du département des projets pédagogiques dont nous accompagnions la pratique avec les animateurs de l’équipe. J’y ai découvert tout l’aspect gestion et « rentabilité » financière des projets. J’ai d’ailleurs profité à cette occasion des formations des cadres de la Ligue dans ce domaine.
Toutes ces expériences professionnelles m’ont conduit à être en relation permanente avec différentes mairies des Hauts-de-Seine. J’ai autant travaillé avec les services municipaux qu’avec les élus en charge des différents dossiers. Ces diverses expériences professionnelles m’ont enormément appris et m’ont passionné. J’y ai rencontré des gens divers avec qui j’ai eu beaucoup de plaisir à échanger et qui m’ont enrichi
Quand, il y a quelques semaines, les membres de la liste municipale que je conduis aujourd’hui sont venu(e)s me voir pour me proposer d’intégrer l’équipe, je fus un peu surpris. Je ne pensais pas être sollicité pour servir ma Ville. J’avoue avoir été honoré de cette marque de confiance. Leur conviction et le type de gouvernance qu’ils voulaient mettre en place me correspondant, je ne pouvais refuser. D’autant qu’il y a du travail.